dimanche , septembre 27 2020
L'actualité en chaud
Home / Dars / DIAWAHIROU RASSA-IL – QUATRIÈME LETTRE DES EXHORTATIONS

DIAWAHIROU RASSA-IL – QUATRIÈME LETTRE DES EXHORTATIONS

QUATRIÈME LETTRE DES EXHORTATIONS
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux, louanges
à Dieu, seigneur des mondes, maître du jour du jugement.
Ceci dit:
Salutations complètes et chaleureuses, partant du scribe, un
serviteur se suffisant à son seigneur Allah le très haut, hors
de tout autre que lui, Ibrahima, fils de El Hadji Abdallah
Tidjani, (ra) vers mon ami et véridique disciple de mon père;
Al Hassan Ndiaye.
Son motif, sache que je t’exhorte pour Dieu et par Dieu.
Sache donc que toi et un autre que toi même; tout serviteur
de Dieu et disciple de Cheikh Ahmad At-Tidjani, qu’Allah,
en sa loi fondamentale, a décrété que le ruissellement de
cette Fayda de la voie Tidjane est exclusivement entre les
mains de son maître, (ra). Il en est le précurseur et l’a disséminée comme bon lui semble, sur l’instigation du tout
puissant, du contraignant.
Cette Fayda débordera en effet, sur tous les lieux, par la
force d’Allah et sa puissance, et personne n’est à même de la
contrer, et absolument rien ne saurait l’occulter, et elle ne
cessera jamais de s’épandre et de se propager, jusqu’aux confins des lieux les plus reculés où résident des Tidjanes.
Allah le très haut a éprouvé quelques uns des guides
spirituels et des dirigeants, par l’usage de certaines intrigues
visant à appeler vers le mensonge, dans le but d’éteindre la
lumière divine. Toutefois, Allah refuse et sa lumière
s’étendra partout. Quant à toi mon ami de la tendre enfance,
telle est la raison pour laquelle je t’adresse cette lettre, afin
de te mettre en garde de jonction à ceux qui œuvrent à
l’extinction de la lumière divine. Je le fais par pure compassion à ton égard, et non pour le simple désir d’épandre la
Fayda, car elle s’étendra par la volonté d’Allah et sa Toute
Puissance si bien que vouloir l’occulter, ne la fera que de
plus en plus apparaître. Celui ayant désir de chasser le
peuple de la Fayda ou du maître de la Fayda ne se fera, en
fin de compte, que fuir des gens lui même, et non la Fayda.
Observe, par les yeux de ton cœur, la preuve de ce que
j’avance.
Ce qui, de ta part serait remarquable, est de t’immerger, au
point d’être à l’image de ceux à propos desquels l’auteur de
Mounyatou s’exprime disant: “Un peuple existe bien, dont
quiconque fait partie, accédera au salut”.
A faire, donc, et dans le cas contraire, assieds toi en ton affaire, inactif, et sache que rien n’existe dans le règne de Dieu,
23/360
qu’il n’ait décrété, et que celui dont le désir embrasse quelque
chose allant à l’encontre du sien, s’affaissera. Sache donc que
je t’exhorte à la crainte de Dieu, comme je m’exhorte à moi
même dans le manifexte, ainsi qu’à la conformation avec les
hommes de Dieu, par l’amour et la jonction dans le compagnonnage, pour que te parviennent les dons d’Allah.
Ne prétends jamais ce que tu n’es pas, et ne le prétends pas
pour autrui. Allah le très haut a dit: “Et ne convoites pas ce
dont tu n’as aucune connaissance.” Le Voyage nocturne
36
Que celui qui recherche la puissance dans les deux demeures, sache que la puissance est pour Allah uniquement.
L’amour envers Dieu, s’illustre par l’amour envers les
hommes de Dieu et ce sont les connaissants de Dieu. Ton
voisin-ci, El Hadji Mouhammad Zeynabou est un connaissant en dehors duquel je ne connais, de sa génération, pas
d’autre connaissant. Soit en sa compagnie pour Dieu et avec
Dieu et tu en bénéficiera, comme tes disciples aussi bénéficieront de vous tous, sans que rien ne puisse plus te nuire, en
ce monde-ci et dans l’autre. Si toutefois, tu t’en abstiens, il
n’y aura aucune nuisance de cela pour Dieu. Et tu saurais alors, que c’est seulement de l’affection que je te porte et rien
d’autre, car je ne convoites, aujourd’hui, moi même, rien.
24/360
Allah, en toutes nos paroles, est soutien. Que la paix soit
avec vous tous, et particulièrement sur l’homonyme de mon
père et aussi, ses frères.
Écrite par Ibrahima Ibn El Hadji Abdallah At-Tidjani, (ra)
en l’an 1349 de l’hégire, à Kossi.

About BAYE NIASS

Check Also

Celui qui délaisse le jumu’a trois fois

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Abou Ja’d Al Damri (qu’Allah …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :