Home / La Faydha / GAMOU MEDINA BAYE ENTRE ASCENSION SPRITUELLE ET DIMENSION ECONOMIQUE: OULIMATA NDIAYE

GAMOU MEDINA BAYE ENTRE ASCENSION SPRITUELLE ET DIMENSION ECONOMIQUE: OULIMATA NDIAYE

Un jour exceptionnel,

Un rendez-vous solennel,

C’est avec une âme assoiffée, un esprit perturbé, un cœur nostalgique et des vœux incalculables, que je me rends sur cette terre sacrée et unique de l’univers.

Sur cette terre Sainte, on y rencontre des personnes de nationalités différentes, venues certes d’horizon divers, mais rassemblées toutes pour célébrer un anniversaire.

La présence de disciples venus d’ailleurs profite plus à l’économie sénégalaise.

Transporteurs, hôteliers, opérateurs téléphoniques et commerçants ne cessent de se frotter les mains tout au long de la période du Mawloud.

Lorsque la nuit est claire, je me mets à contempler les étoiles. Je sens que je quitte la terre et que je deviens une voisine des anges de là-haut.

Je médite sur la beauté des étoiles et je médite sur les êtres devenus ex habitants de la terre.

Medina Baye, une ville jumelle de son homonyme, tant sur le fond que sur la forme,             

Les visages affichent une joie envoutante,

L’énergie des fidèles témoignent un réel amour de la Fayda,

Le rythme des mouvements de la SHABABOUL FAYDA résume l’ambiance de la ville Sainte.

Ah Medina dans Toi je me sens libre, indépendante et apaisée.

Je pense et le mot que je vois est « MERCI», le mot le plus simple, mais le plus puissant, car il dénoue toutes les tensions.

Je prends la Source pour Modèle : dans ce jardin j’apprends à nourrir l’Amour qui jaillit dans mon cœur où je cueille une Fleur rare mais surtout Eternelle.

Une Fleur que j’arrose par mon sang, mon parfum qui embaume l’atmosphère se rependra dans la nature.

Je me balade sur Médina Baye et tout mon Etre par le biais de mon cœur « te réitère sa soumission ».

Grace à la sublimation de ce lieu je ne vis que pour lui.

Je me rends compte que dans ce lieu, les créatures ne communiquent que par le cœur.

Les mélodies qui pétillent au rythme du « LAHILAHA ILALAHH » me retournent à mon Origine Absolue.

Comme le cœur est la source de la vie,  la poésie la source de l’amour je me laisse emporter par la splendeur et la divinité de ce lieu qui est lieu de spiritualité.

Alors j’en déduis que la meilleure vision est celle que donneront les yeux de l’ESPRIT.

About Baye Malle

Check Also

L’histoire du joli poème de Sheikhani sur la naissance de Cheikh Ibrahima Niass à tayba, raconté par Aboul Abass At’tijani

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: