Elle draine plus de dons et grâces sur son sillage et remporte beaucoup plus l’agrément divin. Toutes les prières sur le Prophète (SAS) sont parfaites, mais il est préférable et meilleur de l’exalter en priant sur lui par la salatul-fatihi.

Cette formule renferme en son sein la quintessence des secrets contenus dans toutes les modalités de prière sur le Prophète (SAS) que seuls connaissent les ayants-droit. Elle contient aussi en son sein la substance des privilèges accordés aux formules de prière sur le Prophète (SAS).
Les dons et grâces qu’elle colporte se répandent sur tout et se déversent telle une chute sur tout homme et préférentiellement sur les tidjanes qui sont tous assurés du salut.

La formule de la salâtul-fâtihi se résume à ceci :

اَلَّلهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ الْفَاتِحِ لِمَا أُغْلِقَ وَالْخَاتِمِ لِمَا سَبَقَ نَاصِرِ الْحَقِّ بِالْحَقِّ وَالْهَادِى إِلَى صِرَاطِكَ الْمُسْتَقِيمِ وَعَلَى آلِهِ حَقَّ قَدرِهِ وَمِقْدَارِهِ الْعَظِيم

« Allâhumma çalli ‘alâ sayyidinâ Muhammadinil-fâtihi limâ ughliqa ; wal-khâtimi limâ sabaqa ; nâçiril-haqqi bil-haqqi ; wal-hâdî ilâ çirâtikal-mustaqîmi wa ‘alâ âlihî haqqa qadrihî wa miqdârihil-‘azîm ».

Traduction :

1- Ô Dieu prie sur notre seigneur Muhammad qui a ouvert tout ce qui était clos (allâhumma çalli ‘alâ sayyidinâ muhammadinil-fâtihi limâ ughliqa) :
Dieu a créé les fils d’adam et les a honorés. La porte donnant accès à ces honneurs était scellée durant la préexistence du prophète (SAS) dans le magasin des richesses divines, dans le secret de sa quidité (huwiyya). Cette porte a été ouverte par le prophète Muhammad (SAS). On peut dire autrement qu’elle était demeurée fermée durant la préexistence adamique et n’a été ouverte par le prophète (SAS) qu’avec la manifestation d’Adam. On peut aussi dire que cette porte était restée scellée du début du commencement de l’existence à la manifestation charnelle (nâsûtiyya) du prophète (SAS). Son ouverture ayant eu lieu avec sa naissance à la Mecque, le demeurera jusqu’à la fin des temps.

2- qui a complété ce qui a précédé (wal-khâtimi limâ sabaqa) :
Tous les bienfaits accordés à l’homme ont atteint leur complétude et leur perfection avec l’avènement du prophète Muhammad (SAS) ; après lui (SAS) personne ne viendra pour manifester l’équivalent de ce qu’il a apporté ou plus.
Il a complété tout ce que ses prédécesseurs ont apporté aux hommes à travers leurs différentes missions – lui même a atteint la perfection de son être à Médine, après donc sa vie à la Mecque, de même que sa mission.
Sa complétude et sa perfection tiennent aussi de sa qualité de sceau des prophètes, de sceau des saints avec sa manifestation par Ahmadu dans la Tariqa Tidjane et de son épiphanie dans la Faydatou Tidjane en la personne d’Ibrahim.
C’est donc la manifestation de la réalité archétypique du prophète (SAS), son déploiement et sa coagulation en des symboles humains, qui apporte en tout temps et en tout lieu aide et secours aux existants. Il faut donc faire appel à l’acuité et à la transparence spirituelle pour percevoir la réalité archétypique du prophète (SAS) en tout saint.

3- celui qui aide (soutient) la vérité par la vérité (nâçiril-haqqi bil-haqqi) :
La Vérité (al-Haqq) est un des noms de Dieu. Son epiphanie est la manifestation témoignante de l’ipséité divine.
La vérité correspond aussi à l’Islam et par la venue du prophète (SAS), cette religion est née et essaimée partout dans le monde.
C’est lui aussi qui renforce la wilâyatu (Sainteté) par la nubuwwatu (Prophètie) et la Tariqa Tidjane par l’Islam ou vice-versa.
C’est lui aussi qui apporte aide et soutient à la Tariqa Tidjane par la faydat tidjaniyya.
L’actualisation du prophète (SAS) en Ahmadu est aussi un soutient à Muhammadu.
Le vicariat (khilâfatu) qui se rapporte à la servitude est aussi soutient à la ahmadiyatu (qui est la dimension de la révélation de Muhammadu).

4- le guide dans le droit chemin (wal-hâdî ilâ çirâtikal-mustaqîmi) : Ce droit chemin correspond à l’Islam et à l’ensemble des religions apportées aux hommes par les prophètes. Ces religions constituent la norme de la vérité et de la droiture, et octroyaient lumière et guidance aux hommes.
On peut dire que Muhammad (SAS) est le seul prophète que Dieu a envoyé aux hommes depuis l’aube des temps jusqu’à la fin du cycle de la manifestation prophétique.
Il est le prototype qui s’est incarné à travers le temps en des enveloppes charnelles diverses, chacune le manifestant sous un certain rapport.
Cependant, dans la perspective exotérique, le droit chemin correspond à l’Islam, chemin sur lequel la marche se fait sous la guidée (guidance) du prophète Muhammad (SAS).

5 – ainsi que sa famille, à la dimension de son grade et de sa suprême élévation auprès de toi, Allah (wa ‘alâ âlihi haqqa qadrihî wa miqdârihil-‘azîm) :
Les membres de la famille du prophète (SAS) sont les ahl-ul beyt : Fatima sa fille, Ali son gendre, Hassan et Hussein leur fils, ainsi que leur descendance.
Les héritiers de la réalité archétypique du prophète (SAS) (haqîqatul muhammadiyya), les dépositaires du vicariat sont aussi les ahl-ul beyt, les membres de sa famille.
Beaucoup de gens, dans leurs prières sur le prophète (SAS) pérorent en demandant à Dieu qu’elles soient au prorata d’un comparatif sans commune mesure avec la dignité, la grandeur et la noblesse prophétiques : certains demandent à Dieu que leurs prières soient proportionnelles en valeur quantitative aux gouttelettes de pluie qui se déversent du ciel et d’autres, qu’elles le soient à la mesure du nombre de créatures, etc.
Chacun dans son ardeur à prier sur le prophète (SAS) demande à dieu de hisser cette prière à une hauteur qui traduit dans l’ordre créaturel une élévation mais ne représente rien par rapport à la Majesté Divine. C’est pour cela qu’il est demandé à Dieu dans la salâtul fâtihi, d’attribuer à la prière sur le prophète (SAS) un coefficient dans l’ordre numéral divin à la mesure de Sa Science, corrélativement à sa Majesté et sa Grandeur. C’est cela qui relève plus de la perfection.

BIENFAITS

La salatoul Fatiha est la puissance des Salats, en d’autres termes elle a été révélé à notre vénéré Cheikh Tijan par le Prophete Mohamed (PSl). Il contient des bienfaits immesurables .

Comme le dit Cheikh Tijane : « fa la amrani roujowa fa ileyha sa altouhou salahou aleyhi wa salam ane fadili ha fa akbarani awalin bi anal marane wahida min ha tajilou minal bour’ani sirtou maratin ». Nous dit Cheikh tijan : le prophete m’a vivement suggerer la salatoul fatiha car il m’a dit qu’évoquer une seule salatoul fatiha équivaut à apprendre le Coran Six fois.

C’est comme si alors notre Salatoul Fatiha est plus fort que le saint Coran ( en batine) de six
fois. Un problème se pose alors. Quelqu’un dira surement que c’est impossible car ce Salat n’a pas été rapporté par l’ange Gabriel et qu’on ne peut pas l’utiliser pendant la prière. La réponse est très simple : chez les êtres humains, les plus élevés sont ceux qui sont arrivés à Hadratoul Qutsi, autrement dit ceux qui connaissent dieu sont différents de ceux qui le connaissent pas. Quelqu’un connait pas dieu demeure toujours dans l’association d’une image qui n’est point dieu, or dieu partage tout péché excepté ceux qui font ce péché appelé boqalé en wolof. Quelqu’un qui fait sa prière ne connaissant pas dieu, s’il
doit marquer la présence d’Allah que va-t-il faire ? Dans son esprit il doit imaginer son seigneur, lui donner une forme. S’il y’a créateur, c’est alors ce fidèle qui prie sans pourtant connaitre Dieu, car dans son esprit, il donne une image quelconque à ce dieu qu’il n’a jamais vu et ignore sa forme.

La salatoul Fatiha nous estime la valeur du Prophète d’extérieur (zahiratan) comme d’intérieur(wa
batinan). Prenez le Saint-Coran  régule la vie sociale et propose des champs de comportements pour une bonne conduite et pratique. Prier, jeûner, ne voler pas, aimer son prochain etc. comment tout cela pourra faire accéder à Allah ?

La valeur de la salatoul fatiha ne demande pas à la pensée son point de vue. Ça dépasse la pensée humaine. Ce secret n’est pas un élément qu’on lit sur du papier. C’est comme El hadj Mouhammadou Zeynab, grand frére de Baye, lui visitant, lui disant les écritures sur papier ne m’ont pas fait venir chez toi loin de là, je veux savoir ces écritures qu’on ne parvient pas à voir et qui se trouvent entre les lignes. Il y’a des secrets qu’on peut lire entre les lignes tout en se débarrassant de son esprit, ça dépasse l’esprit. Et seul BAYE NIASS est assis sur ce secret de pouvoir lire entre les lignes.

Nous rapporte Cheikh
Tijan : « bi anal maran wahidan min ha tadjilou mine kouli taqbi him wa ahtil kawni min kouli zikrin wa min kouli dou3ain kabirin aw salilin wi minal qurani sidata ala ti maratin li anahou minal azkari….

Ensuite le Prophète (PSL) m’ordonna de retourner à Salat Fatihi et je lui ai alors demandé quels en étaient ses mérites. Il m’informa qu’une seule fois elle équivalait à toutes les glorifications faîtes dans la création, ainsi qu’à toutes formules d’évocations et de supplications grandes ou petites… »

Cheikh Tijan dit à sidi Ali Harazem : « wa qasiyatoul fatihi lima ouqlika aboul ilahiya la mat qala fihi lil aqli… Les bienfaits reposant sur la Salatoul fatiha, sont des choses émanant de Dieu, nul ne peut estimer cette enorme valeur. »

D’après Cheikh
Tijane : « fa law qadarta minata eulf oumatin fi kouli oumatin minata eulf qabila wa fi kouli qabilati minata eulf rajoul wa acha koulou wahidin min houm fi yawmin eulfou salatin ala nabi SAW min ghayrihi salatoul fatihi lima ouqlika wa jouni ha sababou hazihizi al oumam koula ha fi moudata azitimi koulaha fi hazihil azkari koula ha ma laqiqou koula houm sawaban mara wahidan min fatihi lima ouqlika….

Salat Fatihi est un acte divin (c’est-à-dire une grâce Divine) qui ne laisse pas de place à la raison humaine. S’il y avait 100.000 communautés, et que chacune soit composée de 100.000 tribus et que chaque tribu soit composée de 100.000 hommes et que,
chacun de ces hommes vive 100.000 ans et récitent chaque jour 100.000 prières sur le prophète autre que Salat Fatihi, et qu’on rassemble toute la récompense de ces communautés durant toute cette période, ils n’arriveraient pas à la récompense de l’évocation d’une seule Salat Fatihi.

Ne la dément pas et ne la critique pas car la grâce est détenue par Allah et II la donne à qui II veut, et Sa grâce sort du cercle des normes et il te suffit
Sa parole qui dit :
« Et II crée ce que vous ne savez pas. » (S 16, V8) ». Qu’est ce que la Salatoul Fatiha alors d’après cette citation ?

Nous rapporte toujours Cheikh Tijane : « lam radartou lakoum haqihatan wahidatan min haqayaqil fatihi lima ouqlika la altouhou akbaran Aanrifina bi qabli…

Si je révélais n’est ce reste qu’une seule valeur de la Salatoul Fatiha, seuls ceux qui connaissent dieu seront les premiers à être convaincu que je suis un modèle ».

Ceci n’est qu’une infime partie des merveilles innombrables de la salatul Fatihi.